association
des résidants
du lac carillon
Logo de l'Association du résidants du lac Carillon - ARC - Copyright 2016 - Tous droits réservés

La nature en héritage, un lac à protéger



À propos de l'ARC  

Un peu d'histoire...

Les rives des lacs comptent parmi les milieux les plus riches, les plus diversifiés et les plus fragiles du territoire québécois. Le lac Carillon n’y fait pas exception. De forme très irrégulière, ce lac baigne dans deux municipalités, Saint-Ubalde (St-U) et Notre-Dame-de-Montauban (NDDM); il est réparti sur deux MRC, soit Portneuf et Mékinac. De plus, sa partie nord est constituée de terres privées et sa partie sud de terres publiques.

Le territoire du lac Carillon, dans la municipalité de Saint-Ubalde, en est un privilégié grâce à un programme d’aménagement des terres publiques. En 1978, le ministère des Terres et Forêts, par l’entremise du Service de l’aménagement des terres du gouvernement du Québec, prépare un projet pilote de villégiature aux abords du secteur sud du lac Carillon. Se souciant d’une utilisation rationnelle, tant du sol riverain que de la nappe d’eau, cette étude de près de 80 pages dresse un portrait global du Carillon et de toute la fragilité de son territoire; celui-ci possédant une capacité de support qu’on ne peut dépasser sans risque de compromettre gravement l’équilibre naturel.  (voir document # 1 et document # 2)

Ce plan d’aménagement avait pour but premier de répondre à une forte demande régionale tout en appliquant des critères rigoureux qui permettraient un développement rationnel et respecteraient le milieu naturel.

Les objectifs visés du programme d'aménagement à l’époque portaient sur trois points majeurs :

Évaluer les critères biophysiques aptes à déterminer les capacités de support du lac et les potentiels qu’il offre.
Répondre à un besoin actuel en équipements communautaires et en villégiature privée, en rendant le territoire accessible par un plan intégré d’aménagement.
Mettre en valeur des terres à fort potentiel récréatif par des équipements adéquats, esthétiques et de qualité, réalisés par la main-d’œuvre locale et régionale.

Une des recommandations de ce projet se lisait comme suit : « Le lac Carillon a le privilège d’avoir conservé presque intégralement son caractère originel. Il est essentiel de préserver au maximum la qualité intrinsèque de son paysage et d’éviter tout dommage par un développement anarchique. La partie sud du lac sujette au développement d’un plan d’aménagement, pourra garder une bonne partie du cachet naturel qu’elle possède malgré l’intervention humaine qu’elle subit.

La partie nord du lac, propriété privée, se voit par contre menacée par des facteurs de développements imprévisibles (coupe forestière, développement de lots riverains, etc. Il est recommandé que la municipalité de Saint-Ubalde fasse un règlement de zonage conforme aux recommandations faites par le ministère des Affaires municipales afin de faire respecter des marges de protection de boisé, tant pour les coupes forestières que pour d’éventuels lots de villégiature. »

C’est ainsi que le rêve de plusieurs personnes d’avoir un petit coin de nature prend forme. Au fil des ans, les terres publiques du secteur du Carillon sont louées à des villégiateurs qui s’installent et qui prennent racine à Saint-Ubalde.

Du côté de Notre-Dame-de-Montauban, différents développements privés se firent au fil des ans jusqu'à la mise en vente de terres publiques par le ministère des Ressources naturelles et de la Faune à l'automne 2007.

Vers les années ’90, des villégiateurs du côté de St-U s’inquiètent du développement qui commence à NDDM. C’est ainsi qu’en mai 1991, un premier regroupement de villégiateurs de St-U s’amorce dans un but bien précis, la protection de l’environnement de ce site enchanteur.

C’est donc le 29 mai de la même année que les villégiateurs étaient invités à une réunion sous le thème suivant :

« Si nous voulons défendre nos intérêts de villégiateurs, il devient essentiel de nous parler et de nous regrouper en créant une association. »

Le 25 juillet 1991, l’Association des Résidants du lac Carillon – ARC obtient ses lettres patentes et est incorporée selon la Partie III de la Loi sur les compagnies. Quelques années plus tard, des règlements généraux sont adoptés par ses membres ayant pour principal objet de :

A- Défendre et promouvoir les intérêts des propriétaires du lac Carillon.

B- Représenter les propriétaires auprès des autorités.

C- Sensibiliser les propriétaires à leurs droits, obligations et responsabilités.

D- Défendre l'intégrité de l'environnement naturel au lac Carillon.

E- Promouvoir des mœurs ou habitudes de vie saines et respectueuses de l'environnement naturel.

F- Maintenir et créer des mesures de protection de l'environnement au lac Carillon.

G- Réaliser toute autre activité connexe jugée pertinente.

L’ARC a, au fil des ans, contribué à l’interdiction des bateaux propulsés par des moteurs à essence sur le Carillon. Elle a incité, de façon constante, ses membres à encourager l’économie d’ici en achetant à Saint-Ubalde. Elle a entretenu pendant plusieurs années un réseau de sentiers pédestres et a défendu l’environnement naturel du Carillon. L’ARC participe depuis quelques années au Réseau de surveillance volontaire des lacs de villégiature en prenant des tests et des mesures de transparence de l’eau du lac; ce programme de surveillance est sous la responsabilité du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs du Québec. De plus, l’ARC a publié selon les besoins un petit journal intitulé L’Écho du Carillon qui informait ses membres sur les différents dossiers en cours et sur certaines décisions municipales et provinciales. Aujourd'hui, c'est ce site Internet qui est le centre d'information de l'Association.

À l’assemblée générale d’octobre 2008, l’ARC qui regroupait seulement les villégiateurs de Saint-Ubalde a agrandi son territoire. Maintenant tous les résidants du lac Carillon ont la possibilité d’être membres de l’Association. Durant la dernière année, des démarches entre les représentants des villégiateurs de NDDM et de St-U ont eu lieu; un projet de modification des règlements généraux a été soumis et fut accepté par les villégiateurs des deux secteurs.

C'est lors de cette fusion que ces items ont été ajoutés aux règlements généraux :

La corporation a de plus pour objet étant donné sa structure de :

H- S’occuper des dossiers particuliers de chacun des secteurs.

I- Représenter les propriétaires auprès des municipalités concernées par leur secteur, selon les intérêts et les besoins particuliers de leur secteur.  Par exemple : les règlements municipaux, l'entretien des routes, le déneigement, le lotissement de déchetterie, l’urbanisme et autres sujets particuliers au secteur concerné.

Aujourd'hui, les résidants des deux municipalités ont un but commun : il est primordial de s'occuper de la préservation du lac. Pour les résidants de St-U, il est, de plus, important de faire de respecter les orientations premières du développement qui leur a été présenté dans le plan d'aménagement du ministère des Terres et Forêts.

C’est maintenant tous ensemble que nous désirons protéger l’environnement naturel du lac et ne pas dépasser son équilibre naturel afin de conserver sa pérennité.

Vous ne connaissez pas le Carillon, venez respirer une grande bouffée de nature, venez écouter le silence et admirer des paysages d’ici.

« La nature en héritage, un lac à protéger »

© 2016 - Tous droits réservés - Association des Résidants du lac Carillon - ARC
Pour toute reproduction partielle ou totale du contenu de ces pages , veuillez vous adresser à :
l'Association des résidants du lac Carillon - ARC - information@arc-carillon.org